Les 5 blessures qui empêchent d’être soi même

Bonjour à tous, aujourd’hui, dans cet article je souhaite vous résumer un livre que j’ai lu très récemment et qui m’a beaucoup plu, je parle ici « Des 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » de Lise Bourbeau. J’en ai appris beaucoup sur moi-même grâce à ce livre et je vous souhaite d’en apprendre également sur vous même 🙂

Résultat de recherche d'images pour

Les blessures de l’âme

Pour l’auteure Lise Bourbeau, nous sommes sur Terre pour vivre une expérience spirituelle jusqu’ à ce que nous réussissions à accepter ces expériences entièrement et à nous aimer pleinement.
Malheureusement beaucoup trop d’expériences sont vécues sous une forme de non acceptation. Celle-ci se manifeste sous forme de jugement, de culpabilité, de peur ou sous forme de regret. Mais tant qu’une qu’une expérience n’est pas totalement acceptée nous ne cesseront de recréer les conditions qui nous ont fait souffrir. Et cette souffrance s’accule au niveau de notre essence spirituelle, c’est à dire l’âme.

 

L’ego au cœur de nos blessures 

Le problème avec nos blessures émotionnelles c’est que notre ego tente de mettre de côté les situations désagréables de notre existence. Et c’est avec ces blessures cachées par notre ego que nous développons des masques pour nous protéger. Ils sont au nombre de 5, et avec celles-ci s’accompagne un masque émotionnel :

  • Le Rejet avec le masque du Fuyant
  • L’Abandon avec le masque du Dépendant
  • L’Humiliation avec le masque du Masochiste
  • La Trahison avec le masque du Contrôlant
  • L’Injustice avec le masque du Rigide

Chacun de ces masque a pour rôle de protéger l’ego de tout ce qui pourrait le faire souffrir. Plus le masque est porté souvent et plus la blessure est profonde et ancienne. Une personne possède en général une blessure principale.

La blessure est en lien avec nos parents

Chaque personne possède une blessure bien particulière et elle est en lien avec l’un de nos parents. Ces blessures d’âmes sont associées à l’un de nos parents et si nous voulons guérir notre blessure, il est primordial de guérir la relation que l’on a avec le parent qui a déclencher cela.

Les blessures s’expriment au travers de nos différents corps 

Bien entendu ces blessures sont celles de l’âme, mais l’âme s’exprime au travers de notre corps physique. Les masques que nous créons pour nous protéger sont  visibles dans la morphologie et dans l’apparence extérieure. Selon Lise Bourbeau c’est notre DIEU intérieur qui s’exprime. Le mot DIEU désignant l’énergie de la vie.

Pour guérir ces différentes blessures Lise Bourbeau nous conseille de travailler quotidiennement sur notre intérieur : sur notre être, car c’est ce qui fera notre bonheur dans la vie. Maintenant je vais vous énumérer les différentes caractéristiques de chacune de ces blessures.

I] Le rejet

Comme je l’ai dit au dessus pour se protéger de sa blessure, la personne souffrant de rejet met son masque de fuyant. Cette attitude de fuyant est d’ailleurs visible au niveau du corps de la personne puisque Lise Bourbeau dit :

C’est un corps qui ne veut pas prendre trop de place, l’image du fuyant qui essaiera toute sa vie de ne pas utiliser trop d’espace.

Le fuyant est une personne qui ne préfère pas s’attacher aux choses matérielles parce qu’autrement elles l’empêcheraient de fuir. De plus le fuyant a souvent tendance à se croire nul, sans valeur. Et ceci se remarque par la présence excessive du mot « NUL » dans son vocabulaire.

Même si le fuyant à peur du rejet c’est pourtant ce qu’il fait avec les personnes qui l’entourent puisque qui recherche la solitude et parle généralement très peu.

Le fuyant est généralement la personne qui avec sa blessure est la plus enclin à la haine. Et le fuyant à également de la difficulté à exprimer son opinion quand on ne la lui demande pas, parce qu’il croit que les autres se sentiront confrontés et le rejetteront. Mais malheureusement si le fuyant se fait rejeter par les autres, c’est simplement que ces autres personnes lui montrent à quel point elle se rejette elle même.

Blessure du parent

Un enfant peut développer la blessure du rejet lorsqu’il se sent surprotéger par exemple, il n’est pas accepté pour ce qu’il est. C’est d’ ailleurs le parent du même sexe qui a pour but de nous apprendre à aimer et à aimer les autres alors que le parent du sexe opposé nous apprend à recevoir de l’amour. Ainsi la blessure de la trahison est généralement vécue avec le parent du sexe opposé.

La communication

Cette blessure du rejet affecte trop souvent nos relations sociales. Puisque le fuyant est en proie à certaines peurs comme : la peur de ne pas être intéressant, d’être considéré comme nul ou sans valeur, d’être incompris , de paniquer, que l’autre l’ écoute par obligation ou par politesse.

Four young people smiling while talking near a staircase outside a building

Les maladies 

Le fuyant est en proie à différentes maladies tels qui lui sont souvent spécifiques :

  • La diarrhée
  • L’arythmie
  • Facilité de développer des cancers
  • Problèmes respiratoires
  • Allergies / Vomissement
  • Trouble d’agoraphobie
  • Hypoglycémie / diabéte

II] L’abandon

L’abandon est une blessure de l’âme qui reste protégée lorsque l’on porte le masque du dépendant.

Ce masque est caractérisée par un corps qui manque de tonus puisque que le corps physique exprime généralement ce qu’il se passe à l’intérieur de nous même. Le dépendant pense malheureusement qu’il ne peut arriver à rien tout seul, qu’il à besoin de quelqu’un d’autre pour le supporter. Il peut également avoir un dos courbé ce qui indique que son corps ne le supporte pas totalement.

Le dépendant possède la blessure qui est le plus apte à devenir victime, c’est à dire qu’il à tendance à créer des problèmes dans sa vie. C’est aussi une personne qui dramatise énormément.

Le dépendant est une personne qui passe par beaucoup de hauts et de bas, il peut d’un moment à l’autre passer du bonheur au malheur sans savoir pourquoi. Mais cette tristesse soudaine cache souvent une peur de la solitude. Il demande souvent des conseils parce qu’il ne se croit pas capable décider seul.

Comme dit Lise Bourbeau :

La forme d’aide dont le dépendant a le plus grandement besoin est le soutien

La solitude est sa plus grande peur

Ainsi le dépendant à une forte capacité à ressentir de la tristesse, c’est quelqu’un qui pleure facilement surtout lorsqu’il parle de ses problèmes.

A black-and-white shot of a crying man in a suit and tie

Blessure du parent

La blessure d’abandon est vécue avec le parent du sexe opposé. En général un enfant qui se sent abandonné s’est généralement senti trahi par le parent du même sexe que lui

La communication

Le dépendant possède bien sûr des peurs qui l’empêchent de communiquer puisqu’il a : peur de pleurer, peur que l’autre parte, que l’autre de soit pas d’accord, peur que l’autre lui dise non, de se faire refuser, peur de ne pas être soutenu comme il l’attend, peur de ne pas répondre aux attentes des autres.

Les maladies 

Le dépendant à plus de chance d’être touché par des maladies telles que :

  • L’Asthme
  • Problèmes de bronches
  • Problèmes au niveau du pancréas
  • Myopie
  • Hystérie
  • Dépression
  • Facilitées à souffrir de migraines
  • Facilitées à dévelloper des maladies incurables

III] L’humiliation

La blessure de l’humiliation est camouflée lorsque l’on porte le masque du masoshiste.

Ces personnes souffrent la plus part du temps de façon inconsciente. Et c’est à cause de cela que le masochiste aime compenser ce « manque d’estime » par ce qu’il fait ou en possédant certaines choses.

Le masochiste à une forte propension  à éprouver de la honte.

Corps physique du masochiste

Physiquement le masochiste est une petite personne, plutôt gros, avec des tensions dans le cou, la gorge, aux mâchoires et au pelvis. Et comme le masochiste veut se montrer la plus part temps solide, il en prend beaucoup sur son dos. C’est d’ailleurs à cause de sa difficulté à exprimer ses vrais besoins et ce qu’il ressent véritablement, puisque depuis son jeune âge, il n’ose pas parler par peur de faire honte ou d’avoir honte de quelqu’un. C’est la blessure parmi les 5 qui écoute le moins ses besoins

C’est également quelqu’un qui n’aime pas aller vite et à le don de se placer dans des situations où il doit prendre soin de quelqu’un d’autre, mais malheureusement en faisant cela, il fait aux autres ce qu’il ne veut pas qu’on lui fasse. En aidant les autres trop souvent il se rend indispensable à leur réussite et ainsi les humilie.

On note une autre caractéristique essentiel au dépendant : il est est hypersensible et n’importe quelle petite chose l’atteint.

Il est donc sensible et est facilement affecté par les critiques : il se sent rabaissé. Il est également prêt à se blâmer ou prendre le blâme des autres et ainsi se sentir coupable.

Comme Lise Bourbeau dit :

Il est important de se souvenir que les autres ne peuvent jamais nous faire sentir coupable car la culpabilité ne peut venir que de l’intérieur de nous-même.

Malgré sa personnalité qui aime rendre service aux autres, le masochiste aime n’avoir de compte à rendre à personne, pour lui ça signifie être libre. Puisque la majorité du temps lorsqu’il était petit, il ne s’est pas senti libre. Mais malheureusement il fait tout pour rendre service aux autres et ainsi éviter d’être libre. Cette idée semble paradoxale mais elle est pourtant bien réelle.

La plus grande peur du masochiste est donc la liberté.

Au niveau alimentation le masochiste est souvent extrême, soit il mange trop ou trop peu. En général il adore les aliments riches en gras.

Les masochistes ont également un sens du devoir très élevé, et ils trouvent donc toujours un moyen de se punir eux-même au lieu de punir les autres.

Et au niveau sexualité, le masochiste éprouve également de réelles difficultés à cause de la honte qu’il peut ressentir. Pourtant le masochiste adore le sexe mais la honte qu’il éprouve lors de l’acte l’empêche d’exprimer toute sa sensualité.

Blessure du parent

La blessure d’humiliation est tout le temps vécue avec la mère qui s’est généralement occupé de l’enfant, sauf cas exceptionnel où c’est le père qui s’est occupé des besoins de son enfant lorsqu’il était petit.

La communication

Bien sûr la blessure de l’humiliation affecte également la communication du masochiste, puisqu’il est en proie à différentes peurs : peur de blesser l’autre, peur de passer pour un égoïste, d’être abaissé ou humilié, peur qu’on lui dise non, peur de se sentir indigne.

Les maladies 

Le masochiste peut également être touché par certaines maladies caractéristiques à sa blessure comme :

  • Les maux de dos
  • Problèmes respiratoires
  • Problèmes aux jambes et aux pieds
  • Problèmes de foie
  • Angines, gorge
  • Problème à la glande tyroide
  • Hypoglycémie et diabète
  • Prédisposition aux problèmes cardiaques

IV] La trahison

La personne qui souffre de trahison se protège avec le masque du contrôlant.

Le contrôlant est une personne qui cherche à toujours respecter ses engagements, il veut à tout prix être fidèle et responsable pour que les autres gardent bien leur engagements. Physiquement le contrôlant se crée un corps qui nous montre la force, c’est pour cela que la plus part du temps les contrôlants prennent de la place et sont imposants.

Au niveau du comportement et des attitudes intérieures la force est encore une fois caractéristique du contrôlant. Cette force que le contrôlant  veut nous montrer, confère à ces personnes de très hautes attentes envers elles-mêmes et envers les autres. Ainsi la personne contrôlant s’arrange pour ne pas se placer dans des situations  où elle n’a pas le contrôle.

C’est une personne qui a beaucoup de talents et qui n’hésite pas à les mettre en oeuvre en passant rapidement à l’action. Mais par contre il a plus de mal à lâcher prise et à avoir plus de patience avec les autres. Il doit donc travailler sur sa patience et sa tolérance. Par exemple il s’ exaspère lorsqu’un membre de sa famille tombe malade, ce qui est parfois problématique.

Comme il aime contrôler, le contrôlant est une personne qui se projette facilement dans le futur pour prévoir.

Le contrôlant a beaucoup de mal à montrer sa vulnérabilité, puisqu’il pense que s’il se montre comme il est les autres le contrôleront. C’est d’ailleurs pour cela qu’il n’aime pas les personnes autoritaires.

La personne souffrant de Trahison n’aime pas du tout les effets de surprise puisqu’elle aime tout contrôler et réveille alors sa blessure. Avec son comportement le contrôlant n’accepte pas plusieurs comportements. Par exemple il n’aime pas qu’on lui mente ou qu’on triche.

La plus grande peur du contrôlant c’est le désengagement. Ce qui implique que le contrôlant a beaucoup de mal à s’engager. Il déteste la séparation, il vit ça comme une trahison.

Le contrôlant est une personne qui éprouve de la difficulté à faire un choix, surtout lorsqu’il croit perdre le contrôle sur une situation. Ce besoin de contrôle fait qu’il est souvent comparé à un chef.

Blessure du parent

La blessure de la trahison est vécue avec le parent du sexe opposé. Et en général l’âme qui s’incarne avec la blessure de trahison, se choisit des parents qui utilisent la séduction avec l’enfant et qui sont plus centrés sur eux-mêmes. Avec ce genre de parents, l’enfant est porté à sentir qu’ils ont besoin de lui et il veut surtout que le parent du sexe opposé se sente bien. Mais il se sent trahi lorsque vis à vis de ce parent il n’arrive pas à se sentir spécial.

La communication

Malheureusement comme les autres blessures, le contrôlant éprouve certaines peurs et elles influencent de manière négative sa communication : peur de ne pas pouvoir convaincre l’autre, peur qu’on lui mente, peur de la colère de l’autre, de se confier, de montrer sa vulnérabilité et surtout de se faire manipuler.

Comme la plus grande peur du contrôlant est d’être trahi, ce genre de personne éprouve une réelle difficulté à se confier à quelqu’un d’autre. En réalité c’est quelqu’un de très sensible, mais ça ne se remarque pas forcement puisqu’il montre sa force en permanence : son ego prend une place importante.

Les maladies 

En plus de ces peurs, le contrôlant a plus de chances de développer certaines maladies comme :

  • L’agoraphobie
  • Problèmes au niveau des articulations
  • Plus facilement impuissant
  • Diarrhées
  • Hémoragies
  • Paralysie
  • Problèmes à l’estomac
  • Maladies en « ite »
  • Herpès buccal

Pour guérir la blessures de Trahison il est faut être conscient que l’on trahi les autres, et pour prendre conscience de cela, il existe un moyen très simple c’est lorsque l’on éprouve de la honte.

V] L’injustice

Comme je l’ai mentionné au dessus, la personne qui souffre d’injustice se protège en portant le masque du rigide.

Le rigide cherche la justice et la justesse à tout prix. Et comme elle adore la justesse, elle devient très souvent perfectionniste. Malheureusement cette attitude attire beaucoup d’injustice dans la vie du rigide. Et cette attitude se remarque assez facilement lorsqu’ il se compare aux autres.

Les personnes rigides sont très sensibles mais elles développent la capacité à ne pas sentir cette sensibilité qu’elles ne veulent pas montrer aux autres. Souvent, très jeune le rigide s’aperçoit que l’on apprécie plus ce qu’il fait que ce qu’il est. C’est pourquoi il devient très vite performant et très exigent sur ce qu’il fait. Le rigide a d’ailleurs du mal à se laisser aller, lorsqu’il est ému, sa voix devient sèche et raide pour ne pas se dévoiler aux autres. Très sensible, il évite de se laisser toucher psychologiquement par les autres.

Corps physique du rigide 

Physiquement le rigide se distingue par un corps droit et le plus rigide possible, c’est son côté perfectionniste qui ressort de son corps. C’est une personne qui n’est jamais malade, puisqu’elle en impose beaucoup à son corps. Son perfectionnisme le pousse à ce que tout soit parfait, il a d’ailleurs du mal à gérer ses problèmes, puisqu’il ne préfère pas les voir. Son exigence en vers lui-même le pousse à avoir une très grande capacité à se contrôler et à s’imposer des tâches.

 

C’est aussi une personne qui a du mal à respecter ses limites puisqu’il ne cesse de s’imposer des choses. Il se sent donc coupable lorsque quelqu’un travaille et que lui se détend : pour lui c’est injuste.

Malheureusement le rigide éprouve une très grande difficulté à faire la différence entre la rigidité et la discipline. La discipline c’est vouloir atteindre un but et pour cela les personnes disciplinées trouve un moyen alors que’un rigide à tendance à privilégier le moyen au détriment du but. Et une personne rigide s’impose souvent trop de choses et vit dans le stress.

Le rigide est une personne qui a de la facilité à éprouver de la colère. Et la plus grande peur du rigide est la froideur.

Blessure du parent

La blessure d’injustice se développe au moment du développement de l’individualité. Si l’enfant est interdit d’être lui même, la blessure commence à apparaître. Cette blessure est essentiellement vécue avec la parent du même sexe.

La communication

Le rigide comme les autres blessures se laisse influencer par ses peurs et sa communication est ainsi affectée : peur d’être critiqué, peur de se tromper, peur de dérober ou de perdre le contrôle, peur de déplaire, de passer pour trop exigent, d’être jugé.

Au niveau alimentaire le rigide est une personne qui préfère les aliments salés au sucrés et c’est la personne la plus enclin à devenir végétarien parmi les 5 blessures.

Les maladies 

Il souffre également de maladies qui lui sont la plus part du temps spécifiques :

  • Raideurs et des tensions
  • Burn-out
  • Tendinites
  • Arthrite
  • Torticolis
  • Constipation
  • Crampes
  • Peau séche
  • Problèmes de foie
  • Nervosité
  • Problèmes de vision
  • Sensible aux malaises

 

Si vous vous êtes reconnu dans une blessure, je vous invite à travailler sur vous-même et à me dire en commentaire quelle description vous correspond le plus. N’oubliez pas d’aimer l’article s’il vous a plu. 🙂

Si vous voulez que je fasse une suite à cet article en expliquant comment guérir chacune de ces blessures, dites le moi en commentaire. 🙂

 

22 commentaires sur “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi même

Ajouter un commentaire

  1. merci beaucoup pour ton résumé qui est très bien fait
    j’ai ce livre depuis sa parution donc ça fait bien longtemps 🙂
    je trouve qu’on se reconnaît facilement dans plusieurs profils et il est d’autant plus difficile de travailler sur ses blessures puisqu’elles sont souvent multiples
    cela dit, c’est un très bon outil pour comprendre ses comportements et ça permet d’en changer petit à petit
    je ne sais pas si tu as fait une suite mais pour ma part, je la lirai avec intérêt 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Bon jour,
    Ce qui m’inquiète dans ce résumé qui me paraît très réussi c’est que je me demande où le bien portant.. en fait, il n’y a pas d’échappatoire. Celles et ceux sont sans traumatisme sont rares … en fait, je reste perplexe.
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. Ce livre n’est pas là pour nous démoraliser au contraire il est là pour faire évoluer et nous faire prendre conscience de certaines choses que nous n’avons pas forcément envie de voir. Je pense sincèrement que si nous sommes sur cette Terre c’est avant tout pour être heureux et nous aimer mais cela demande un travail important sur soi-même 🙂

      J'aime

  3. Super résumé, vraiment très intéressant ! Cela donne vraiment envie de lire le livre ! Pour peu qu’on ait eu une vie compliquée, faite de plusieurs vies et familles différentes, on se retrouve vite dans plusieurs « masques », mais cela nous permet de deviner l’origine de chaque débordement des facettes de notre personnalité… C’est un bon début pour s’améliorer ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour j ai découvert votre blog depuis votre passage et inscription sur le mien.je vous en remercie .
    Je lis justement d autres livres de cette auteure
    Je ne connaissais pas celui la
    Oui je me retrouve dans un profil seulement en lisant le descriptif car le nom ne semblait pas me ressembler comme quoi !
    Je pense que ce sera une de mes prochaines lectures
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour ou bonsoir mon Ami dans ton article tout est bien résumé et tout est juste belle défénition
    Je te souhaite plein de bonnes choses
    La beauté du silence
    La gloire de la lumière
    Le mystère de la pénombre
    La force de la flamme
    Le pouvoir de l’eau
    La douceur de l’air
    La force tranquille de la terre
    L’amour qui se trouve
    aux racines des choses
    Je te souhaite de passer une agréable journée
    Riche de joie et de bonheur et du soleil dans le cœur
    Reçois ce petit câlin……et ce bisou ce matin
    Et aussi ce soir
    Bonne journée et bonne soirée douce nuit
    BERNARD

    J'aime

  6. J’ai adoré ce livre, je devrais le relire d’ailleurs, je pense. J’ai la blessure d’abandon, sans surprise, qui est plus présente que toutes les autres mais j’ai pas mal de critères d’autres blessures dans lesquelles je me reconnais beaucoup. Merci pour ce très bon résumé, c’est chouette de le partager, encore plus pour les gens qui n’ont pas lu le livre. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :